Me Cheick SAKO, le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux était ce vendredi en chef chantier sur les sites des Infrastructures Judiciaires du tribunal de commerce de Conakry, de la cour d’appel de Conakry et le Centre de Formation Judiciaire.
Dans le cadre de la réforme du secteur de la justice, la rénovation et la réhabilitation des infrastructures pénitentiaires et judiciaires dont le gouvernement guinéen a fait son cheval de bataille depuis plus de huit ans.

Le Ministre d’Etat, s’est rendu sur le chantier du futur Tribunal de Commerce de Conakry actuellement en réhabilitation dans un quartier situé au centre-ville de kaloum et qui avait abrité l’ancienne Chancellerie, ouvrira ses portes à la 1ère quinzaine du mois de mars 2019.

Il est à noter que le coût de la réhabilitation et de l’équipement est estimé à huit-cent-millions de francs guinéens (800.000.000 Gnf) et l’exécution des travaux est à 99%.

Pendant cette visite de contrôle , Le Garde des Sceaux est resté très longtemps sur le chantier pour échanger avec les travailleurs afin de s’assurer de la bonne fin des travaux et a longuement parcouru les salles, bureaux, toilettes et couloirs en réhabilitation.

Il a été accueilli par l’entrepreneur du tribunal de commerce de Conakry et le Président du Tribunal de Commerce, le Juge Pierre LAMAH, en présence de plusieurs membres de son cabinet et ainsi que des Hauts Magistrats guinéens.

Dans sa prise de parole, le Ministre d’Etat de la Justice a voulu tout d’abord rassurer les ouvriers qui travaillent sur le chantier « Je suis venu ici pour dissiper les interrogations et lever les incertitudes, a déclaré le Ministre de la Justice.

Apres cette première étape, direction la cour d’appel de Conakry et le centre de formation judiciaire qui font également peaux neuves en se dotant de nouvelles salles polyvalentes.

Par ailleurs, les travaux permettront d’aménager des parkings à l’intérieur de la cour d’appel et une extension de salles de formations et bureaux pour le centre.

A lire aussi :  L’ASSOCIATION DES MAGISTRATS DE GUINEE MENACEE D’EXCLUSION.